Imprimer

Le projet de mandature qui court jusqu’en 2024 sera mis en œuvre par des groupes de travail dont l’architecture a été complètement repensée, avec une priorité donnée au développement de la fédération. Petit rappel du rôle dévolu aux « GT » et passage en revue des principales innovations avec la présidente de l’Usep, Véronique Moreira.

Véronique Moreira, quelle place les groupes de travail, appelés communément GT, occupent-ils dans la gouvernance de l’Usep ?

Tout part du projet de mandature, qui formalise les objectifs politiques fixés par les élus du comité directeur et que les groupes de travail ont pour mission de traduire en action concrètes. À l’issue du séminaire des élus en octobre, chacun est reparti avec une feuille de route pour réfléchir à la forme du groupe de travail appelé à piloter le dossier dont lui-même a été investi. Le comité directeur de décembre a poursuivi l’élaboration collective du projet et les militants Usep qui s’étaient proposés comme personnes ressources ont été répartis sur les différents groupes de travail, en fonction de leurs souhaits et de leurs compétences. Ces GT sont aujourd’hui opérationnels.

Le projet de mandature est donc écrit par les élus, mais « mis en musique » par les groupes de travail, ce qui permet de le passer au filtre du terrain. Autour de l’élu national, les membres des groupes de travail représentent en effet la diversité du mouvement : présidents et présidentes départementaux, délégués, enseignants, conseillers pédagogiques, parents… Cela évite d’être hors sol, de s’écarter des réalités et des attentes. Ce fonctionnement est à la fois démocratique et gage d’efficacité.

Qu’y a-t-il de neuf dans l’architecture des GT ?

Le nouveau projet de mandature s’inscrit dans la continuité du précédent. On y retrouve le socle de l’action de l’Usep à travers les trois piliers que sont la « Vie sportive et vie associative », la « Vie pédagogique » et la « Vie des territoires ». Les groupes de travail s’intègrent dans ces différents champs, ou à leur croisée. La principale nouveauté, en partie conjoncturelle, consiste en l’ajout d’un quatrième champ, à la fois particulier et essentiel : « S’inscrire dans la dynamique des Jeux olympiques de Paris 2024 ».

Deux groupes de travail sont chargés de cet accompagnement des Jeux de 2024…

Ces deux nouveaux GT sont distincts mais s’articuleront ensemble. Le premier est identifié à l’Évènement 2024, dont le principe a été voté en octobre par l’assemblée générale de l’Usep. Le second envisage Paris 2024 comme un levier de développement pour la fédération, en mettant à profit les trois dispositifs qui lui donnent son nom : « Génération 2024Terre de JeuxCités éducatives ».

On trouve aussi un groupe de travail « Laïcité ». Il est déjà actif, puisqu’il a conçu la semaine d’action menée autour de ce thème en décembre…

La laïcité est constitutive de l’Usep, et implicite dans ses actions. Mais l’actualité récente exige de la rendre plus explicite. L’objet de ce GT est d’outiller les enseignants et les animateurs Usep pour qu’ils puissent faire de la pédagogie de la laïcité : c’est ce qui a été mis en place en décembre, après l’assassinat du professeur d’histoire Samuel Paty. Mais sa mission ne se limite pas à réagir à l’événement. La laïcité est un sujet fédérateur parmi les enseignants, mais également très sensible et parfois tabou lorsqu’ils ne savent pas comment l’aborder. Ce GT aidera les professeurs des écoles à tenir un discours commun, tout en installant dans le temps des actions permettant de faire vivre la charte de la laïcité avec l’Usep.

En revanche, plus aucun groupe de travail n’est identifié à une opération nationale

Cela traduit une nouvelle façon de concevoir les groupes de travail. Nous souhaitons penser toutes nos actions au regard de ce questionnement : en quoi cela sert-il le développement de l’Usep ? Avant, la liste des groupes de travail ressemblait parfois à un catalogue d’actions.

C’est pourquoi le P’tit Tour s’insère dans un GT « Savoir Rouler-Aisance aquatique » ?

Par exemple. En outre, ce GT épouse la feuille de route ministérielle, puisque le Savoir Rouler et le Savoir Nager font désormais partie des apprentissages fondamentaux de l’élève. Et même si notre contribution à l’aisance aquatique reste à préciser, grâce au P’tit Tour l’Usep est un acteur majeur du dispositif Savoir Rouler à Vélo. Autant le valoriser, y compris dans l’appellation de nos GT !

Dans le même esprit, s’agissant de la formation, à côté de la formation fédérale qui est un peu notre « zone de confort », un groupe de travail est consacré à l’élaboration de formations partenariales, communes aux animateurs de l’Usep et d’autres fédérations ou organisations. Cela aussi traduit un souci d’ouverture sur l’extérieur, dans une perspective de développement.

Et s’il fallait retenir une idée de cette nouvelle architecture ?

Ce serait justement le fait que, dans chacun des grands champs qui structurent notre action, au moins un groupe de travail est clairement fléché sur cette priorité du développement.