Imprimer

Dans les départements accueillant le Tour de France 2020, l’Usep a été sollicitée par les services de l’Éducation nationale pour coorganiser des actions de promotion du Savoir Rouler à vélo : un préambule aux apprentissages proposés aux écoles durant l’année, souvent en lien avec le P’tit Tour. C’était le cas dans les Yvelines, où le comité possède une solide expérience de ce genre d’animations, explique la déléguée départementale.

Florence Jolivet, en préambule à la dernière étape du Tour de France, qui part de Mantes-la-Jolie, l’Usep Yvelines a accueilli 8 classes de la ville pour un premier apprentissage du vélo…

Il s’agit de 8 classes situées en Rep+, dans des quartiers où l’apprentissage du vélo ne va pas de soi, notamment parce que les enfants en possèdent rarement un. Les classes ont participé en demi-groupe à des ateliers animés avec Prévention Maïf, qui est partenaire de tous nos événements consacrés à la pratique du vélo. Leurs animateurs ont mis en place un parcours d’éducation à la sécurité routière, comme ils le font toute l’année dans les écoles, avec des documents conçus pour travailler sur la signalétique. L’Usep, de son côté, a encadré des ateliers de maniabilité.

L’Usep 78 a l’habitude de ce genre de manifestations, du départ de Paris-Nice à la journée Vélo à l’école organisée sur le vélodrome couvert de Saint-Quentin-en-Yvelines…

Vélo à l’école est un projet départemental de la Direction académique, comme il en existe aussi autour du golf, de l’escrime ou du football. Les classes inscrites bénéficient d’un prêt de matériel et de ressources pédagogiques pour mener un cycle d’apprentissage finalisé par une rencontre sportive organisée avec l’Usep, en privilégiant les écoles affiliées. Et pour le Paris-Nice, qui s’élance toujours début mars des Yvelines, c’est le conseil départemental qui nous sollicite pour la mise en place d’ateliers, avant que les enfants ne se rassemblent pour un départ fictif devant les spectateurs massés derrière les barrières, qu’ils rejoignent ensuite pour assister avec eux au départ des coureurs. On sollicite des classes de la commune concernée – cette année à Chevreuse – et des villages proches, qui viennent à vélo.

Et que représente le P’tit Tour Usep dans les Yvelines ?

Il draine moins d’enfants que chez nos voisins de l’Essonne ou du Val-d’Oise car il concerne principalement des écoles de la circonscription de Rambouillet, en lien avec un projet vélo. Le P’tit Tour permet de valider les compétences du Savoir Rouler à Vélo acquises durant l’année. Nous souhaiterions l’élargir à d’autres secteurs, mais cela se révèle difficile en zone urbaine, en particulier dans les écoles classées Rep ou Rep+, où les enfants ne sont pas équipés. Nous avons à disposition 80 vélos, que l’on prête, mais encore faut-il pouvoir les acheminer jusqu’aux écoles.

 Envisagez-vous néanmoins d’intensifier vos actions d’apprentissage du vélo ?

Comme la situation actuelle est peu propice à l’organisation de rencontres sportives, nous allons proposer en début de saison davantage de cycles d’apprentissage dans les écoles, comme nous le demande d’ailleurs la direction académique. En plus de nos vélos, nous possédons aussi un kit de sécurité routière, avec les différents panneaux, et nous sollicitons la Prévention Maïf pour leurs livrets Savoir Rouler. Cependant, nos moyens humains ne sont pas extensibles. Il nous faudra aussi travailler avec les employés territoriaux (Etaps) ou mutualiser nos moyens avec l’Ufolep, comme nous l’avons fait cet été sur les vacances apprenantes, où nous proposions entre autres un cycle d’apprentissage du vélo.

Propos recueillis par Philippe Brenot

En Haute-Vienne, les « cycles » vélo lancent la saison

En Haute-Vienne, le délégué Usep et son adjoint1 ont profité de la Semaine du vélo pour lancer dès à présent des premiers cycles d’apprentissage du vélo qui concerneront plus de 1 000 enfants et 30 écoles. « Généralement, nous intervenons d’avril à juin, en lien avec le P’tit Tour, explique Julien Roussel. Cette stratégie ayant été mise à mal par le Covid l’an passé, nous avons décidé de débuter immédiatement nos interventions, d’autant plus que l’incertitude plane sur l’organisation des rencontres sportives inter-écoles au premier trimestre. » Après cette première intervention, les enseignants animent les séances suivantes en autonomie. Le délégué et son adjoint reviennent ensuite encadrer une dernière séance et récupérer le cas échéant les vélos laissés à disponibilité pour les acheminer vers l’école suivante. Ces apprentissages seront finalisés au 3e trimestre par la participation au P’tit Tour et la délivrance d’une attestation du Savoir Rouler à vélo.

(1) Spécialement chargé par l’Éducation nationale de développer le label Génération 2024 et le Savoir Rouler.