Imprimer

75 000 enfants de 3 à 11 ans sont engagés dans le P’tit Tour Usep 2018, qui passe par les routes et les chemins de 80 départements. Choisie parmi plusieurs centaines d’autres, l’étape phare de cette édition a vu 275 écoliers de Nouvelle-Aquitaine et 60 accompagnateurs adultes rallier à vélo le château de Pompadour (19) à partir de trois départs différents depuis la Haute-Vienne, la Dordogne et la Corrèze. Tout au long d’un parcours de 30 km particulièrement vallonné, ils ont mis en application les règles de la sécurité routière et fait preuve d’une remarquable endurance dans l’effort.

Le vélo, ça s’apprend. Le P’tit Tour Usep aussi, car y participer n’a rien à voir avec un tour du pâté de maison. Outre la maîtrise de sa bicyclette, il faut connaître et appliquer les règles de sécurité exigées par le fait de rouler en groupe, sur des voies ouvertes à la circulation.

Un projet pédagogique sur l’année

« Pour ma classe, c’est un projet pédagogique sur l’année, explique Patrick Nénert, qui, avec les CM2 de l’école de Séreilhac (Haute-Vienne), participait le 23 mai à l’étape phare du P’tit Tour 2018. Ce projet a débuté dès septembre avec des enfants qui, pour certains, ne savaient pas pédaler. L’un d’eux n’avait même aucun équilibre. Après avoir utilisé son vélo comme une draisienne, il a réussi à pédaler le jour où nous avons installé la piste de la Prévention routière dans la cour ! »

Pour les élèves de Saint-Yrieix-la-Perche (l’un des trois lieux de départ de cette étape à dimension régionale), la préparation fut étalée sur cinq semaines et notamment axée sur l’endurance, avec un terrain d’exercice tout trouvé : le raidillon derrière l’école. « Nous avons ensuite enchaîné avec des sorties sur route. Mais c’était 13 km. Là, c’est le double, avec de belles côtes », précise Sylvie Grimaud, la maîtresse. Dans ce coin du Limousin, difficile de faire sans. Mais cela n’effraie pas Fanny, d’autant plus motivée que son père, Stéphane, figure parmi les accompagnateurs adultes bénévoles. « Il y a quatre ans, j’avais fait le P’tit Tour avec mon fils aîné. Je ne pouvais pas me dérober pour ma fille », sourit-il.

Distances de sécurité

Dès la sortie du bourg de Saint-Yrieix, le lieudit « Prends-y garde » met tout de suite les enfants en situation. Tout en s’attachant à respecter les distances de sécurité dans la descente vers la rivière, ils tendent le bras gauche et répercutent l’information selon laquelle il faut tourner sitôt après le pont. Et là, ça démarre sec, à flanc de côteau : un bon test pour le maniement des vitesses…

C’est à l’ombre des vieilles pierres de Ségur-le-Château que les trois cortèges font leur jonction et se retrouvent pour pique-niquer. Les enfants participent aussi à des ateliers sur la sécurité routière, avec un quizz qui permet de tester les connaissances acquises.

La reprise commence par une côte de 4 km dans laquelle Sarah, Antoine et leurs camarades de Lubersac montent à leur rythme, et discutent même de ce qu’ils feront en fin de semaine… « Pas trop dur ? » La question semble déplacée. Quant à Yannis, l’écolier de Séreilhac qui à la rentrée ne savait pas tenir sur une bicyclette, il s’accroche dans la roue de son instituteur, qui l’aiguillonne et l’encourage.

Arrivée au château

Le regroupement général s’opère à 1 km de l’arrivée. Précédés par la gendarmerie nationale, les enfants entrent dans les rues de Pompadour sous les applaudissements d’une population sortie sur son pas-de-porte. Pas question de sprinter, mais de savourer, comme au soir d’une arrivée sur les Champs-Élysées. « Le meilleur moment de la journée. On avait l’impression d’être de grands coureurs » s’accordent Fanny et ses copines de Saint-Yrieix en prenant leur goûter du haut de l’enceinte du château.

Le P’tit Tour Usep est arrivé à Pompadour, et pour elles et tous les enfants réunis dans ce peloton d’un jour, ça veut dire beaucoup. Ça veut dire que demain, ce vélo qu’ils ont appris à maîtriser les mènera où ils voudront.

(1) Les 13 classes qui ont participé à l’étape représentaient des écoles de Lubersac, Beyssac, Marcillac-la-Croisille, Clergoux, La Chapelle-Saint-Géraud, Yssandon, Altillac, Beaulieu-sur-Dordogne (Corrèze), de Saint-Yrieix, Panazol et Séreilhac (Haute-Vienne) et de Dordogne (Trélissac).