Imprimer

La Journée olympique est célébrée toute la semaine dans le village de Bassillac (Dordogne), avec des classes venues également des communes voisines de Trélissac et Blis-et-Born. Elle l’est aussi à Thiviers, Montignac, Gurçon et La Chapelle-Gonaguet, grâce à la collaboration entre l’Usep, les comités sportifs et les services de l’Éducation nationale.

Jusqu’à vendredi, les installations sportives de Bassillac, à l’est de Périgueux (Dordogne), ne vont pas désemplir. Le terrain de football, les cours de tennis, le gymnase et son esplanade extérieure accueillent des classes du village et des communes voisines de Trélissac et Blis-et-Born.

Selon le programme du jour, une cinquantaine d’enfants du CP au CM2 pratiquent le golf, le tennis, l’escrime, le badminton ou le base-ball, et prennent part à des ateliers cirque et citoyenneté. Le matin est généralement consacré à la découverte de sports individuels, et l’après-midi à une rencontre de sport collectif. « Du handball, du basket ou du football selon celui abordé plus tôt dans l’année en classe, avec de petits matchs sur le mode « montante-descendante » » explique le délégué départemental Usep, Gaël Lassalvetat.

Hier à Thiviers et Montignac, et demain à Gurçon et La Chapelle-Gonaguet, d’autres classes ont ou vont bénéficier du même programme, grâce au partenariat noué avec les comités sportifs et à l’appui de l’équipe EPS. Initialement concocté pour la Semaine olympique et paralympique, début février, ce programme a tout simplement été décalé à juin, avec quelques ajustements en raison de ce virus récalcitrant.

Lundi à Bassillac, l’atelier escrime était ainsi animé par le maître d’armes Mickaël Dassas. Après avoir expliqué aux enfants les rudiments de l’activité, il les a invités à entrer dans celle-ci en faisant appel à leur imaginaire : « Une équipe de barbares attaque les chevaliers qui défendent le château-fort : si je suis touché, je sors du jeu. »

Au golf, c’est Pierre Gardette, à la fois animateur Usep et responsable de la FFGolf, qui encadrait l’atelier dans lequel s’étaient aussi glissés un parent accompagnateur et une maîtresse : « C’est bien de se mettre dans la position de l’élève en phase d’apprentissage. » Gabriel, lui, se voyait déjà sur les greens : « Mon tonton joue au golf, c’est bien on peut en faire en famille ! »

Du côté des activités circassiennes, la conseillère pédagogique départementale en EPS, Carole Carlux, et le professeur d’EPS de l’Inspé de Périgueux, Taha Al Azzawi, étaient épaulés par une étudiante : « Je gère en groupe en situation réelle et j’essaie d’observer ce que font les autres », expliquait celle-ci.

Mardi en fin de matinée, une délégation d’officiels, parmi lesquels le président du Comité départemental olympique et sportif, sont venus visiter les ateliers avant de se plier volontiers à une photo souvenir. Malgré un calendrier chamboulé, l’olympisme aura donc été dignement fêté en Dordogne cette année.