Imprimer

À quelques jours du départ de la Route du Rhum, une centaine d’enfants des 4 départements bretons ont joué les « Ambassadeurs de l’Usep » sur la plage et dans le port de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine). Au programme : un atelier sur les déchets marins avec l’association Surfrider, une rencontre avec le navigateur et nouveau parrain de l’Usep, Paul Meilhat, et un jeu de piste consistant à identifier plusieurs voiliers parmi les différentes catégories de la course. Un avant-goût vivifiant avant d’y participer avec leur classe et VirtualRegatta. Témoignages d’enfants et d’enseignants.

Kenzo, Lilouenne, Jade et Nolan, école Alain-Colas Dinard (35)

« On ne savait pas que les déchets plastiques sont souvent si microscopiques qu’on ne les voit pas. Mais ce qu’on a bien vu, ce sont de petits fils en plastique, et aussi plein de mégots sur la plage, sur les terrasses et même dans les creux des chaises. Ce qu’on fait quand on les trouve ? On les ramasse et on les met dans les poubelles. »

 

Théo et Laura, école du Lac, Plabennec (29)

« On a compris qu’il fallait moins polluer les océans. Sinon, les bateaux sont quand même impressionnants, surtout les Ultime. Et ce qui est impressionnant aussi, ce sont les gens qui montent tout en haut des mâts pour régler les voiles. »

 

Sandrine, enseignante à l’école Jean-Ferrat de Trélivan (Côtes-d’Armor)

« Nous allons participer à la course à deux classes mais avec un seul bateau, celui de l’école. Et comme en histoire nous abordons justement les grandes découvertes et le voyage de Christophe Colomb, nous allons pouvoir comparer la durée de sa traversée avec celles des navigateurs d’aujourd’hui. Deux mois pour l’un, une ou deux semaines pour les autres. Mais avec un tout autre matériel ! »

 

Marine Collet, enseignante de CE2-CM1 à l’école Alain-Colas de Dinan (Ille-et-Vilaine)

« On est inscrit à VirtualRegatta et on a déjà parlé de la course avec les enfants avant les vacances. Mais lundi, on va découvrir comment naviguer et commencer à travailler sur le vocabulaire, lequel sera en partie réutilisé en avril lors de notre cycle voile à Dinard : 6 séances en Optimist. Chaque matin devant le tableau blanc interactif, nous choisirons le cap et la voilure pour avancer le plus vite possible. Ce sera ma 2e Route du Rhum, la seule course au large à laquelle je participe avec ma classe, parce qu’elle part près de chez nous ! »

 

Anne Le Nir, enseignante de CE2 à l’école du Lac de Plabennec (Finistère)

« Les enfants étaient motivés : sur 25 élèves, malgré la période de vacances, nous avions 23 réponses positives pour venir à Saint-Malo. Moins 3 malades, finalement. Nous avons déjà commencé à travailler avec les ressources de François Gabart et sa plateforme La Course Bleue et celles de l’Éducation nationale : les continents et les océans, le calcul de la longitude et de la latitude, les déchets plastiques… C’est pourquoi les enfants étaient bien préparés à l’atelier de Surfrider. Une élève a aussi apporté des éléments sur Armel Le Cléach, et d’autres des informations sur Samantha Davis, qui est un peu la chouchoute des enfants avec son projet Initiative Cœur. Sinon, notre bateau virtuel est prêt à larguer les amarres. Il a été baptisé du nom de l’association Usep : Les Costauds du Lac. »

 

Paul Meilhat : « Le sport donne accès à d’autres apprentissages »

« Enfant, j’ai participé aux rencontres Usep et le sport a toujours tenu une place importante dans ma vie. L’école a beaucoup de vertus, mais le sport donne accès à d’autres apprentissages, à une autre manière d’apprendre. On vit aussi dans une société où les enfants sortent de moins en moins dehors. Si j’ai un message à délivrer, c’est : faites du sport, parce que c’est la vie, le vivre ensemble et l’apprentissage des règles. Et en particulier des sports de plein air, pour retrouver le contact avec la nature. Le sport c’est s’amuser, s’intéresser, se passionner, et la course au large est le prétexte à faire de l’histoire-géographie, à lire, à faire de la vidéo, à mener des expériences scientifiques… Les enfants, je vous encourage à mener beaucoup de projets avec vos instituteurs et vos institutrices, qu’ils soient sportifs ou artistiques. Car tout est lié, c’est de la créativité, et merci pour tous vos messages. »