Imprimer

Les préceptes du développement durable sont au cœur des rencontres sportives de l’Usep. Pour aller plus loin, les comités départementaux disposent désormais d’un outil d’autodiagnostic en 50 points pour estimer leur propre engagement en ce domaine et identifier les axes de progrès.

Après les Clés Usep d’une éducation au développement durable, conçues pour accompagner les enfants dans leur prise de conscience écologique et récemment actualisées, les comités Usep et leurs membres sont aujourd’hui invités à se questionner sur leurs pratiques écoresponsables. « S’engager dans une démarche de développement durable, c’est intégrer l’écoresponsabilité dans sa stratégie de développement. C’est aussi prendre conscience de la responsabilité sociétale de notre organisation (RSO). Il convient de faire le point, et peut-être de faire évoluer nos stratégies et plans d’actions en choisissant les priorités sur lesquelles se mobiliser », a résumé Josiane Pratali, élue nationale en charge du dossier, en présentant à l’assemblée générale d’Avignon 2022 l’outil d’autodiagnostic mis au point par le groupe de travail « développement durable ».

Axes de progression

Il ne s’agit pas de distribuer bons et mauvais points, mais de permettre à chaque comité départemental d’interroger son degré d’engagement, et surtout d’identifier les aspects sur lesquels il peut le plus progresser. L’outil se présente sous forme d’un tableur Excel dont les 50 items reprennent les 6 thématiques qui organisaient déjà les « Clés de l’EDD » : biodiversité, déchets, santé, solidarités, déplacements et énergies, sport durable. Des thématiques qui regroupent les 17 objectifs de l’Agenda 2030 validé en 2015 par 193 pays membres de l’Organisation des nations unies, dont la France.

Pour chacun de ces 50 points, deux cases : l’une pour estimer de 0 à 5 l’engagement de son comité, et l’autre pour indiquer le cas échéant si ce point est jugé « non pertinent », afin d’aider à hiérarchiser les priorités du comité. Il s’agit par exemple d’estimer la prise en compte des enjeux environnementaux dans l’organisation des rencontres de plein air et l’utilisation des matériaux réutilisables ou écologiques. Côté transports et énergie, votre comité valorise-t-il les mobilités actives comme la marche et le vélo ? Veille-t-il à avoir une consommation énergétique faible dans ses locaux ? Par ailleurs, le siège départemental est-il accessible en fauteuil roulant ? Favorisez-vous l’insertion des jeunes à travers le service civique ou l’apprentissage ? Et ainsi de suite jusqu’à la dernière mention, qui concerne l’intégration de la problématique développement durable dans les actions de formation.

Indicateurs et proposition d’animation

Petit plus offert par le numérique : en fonction des réponses, le niveau d’engagement du comité est formalisé par une représentation spatiale de ses points forts et points faibles (« toile d’araignée » et diagramme en bâtons).

Le document est accompagné d’une proposition d’animation au sein des comités directeurs, pour établir tout d’abord un état des lieux, puis effectuer dans un second temps des choix stratégiques et prioriser les actions à mener. Ceci afin d’assurer « un développement écoresponsable pérenne de notre activité sportive ».