Imprimer

Comment faire bouger les enfants confinés chez eux pour cause d’épidémie de Covid-19 ? Les comités Usep ont fait preuve d’imagination, mettant à profit les ressources pédagogiques de la fédération et les outils numériques. Des initiatives qui sont remontées jusqu’aux ministres de l’Éducation nationale et des Sports.

Aider enseignants et parents à faire bouger les enfants en dépit de la fermeture des établissements scolaires et de la suspension des rencontres sportives : c’est ce qu’ont réussi à faire de nombreux comités départementaux et régionaux Usep, tout en entretenant le lien entre les écoles et leurs associations sportives.

Tout a commencé avec la mise à disposition de ressources pédagogiques de l’Usep adaptées à la pratique d’activités physiques dans un espace contraint : en l’occurrence, un choix de jeux traditionnels et les défis récré parrainés par le sprinteur Christophe Lemaître.

A partir de ces ressources, de nombreuses initiatives ont émergé, souvent en collaboration avec l’équipe départementale EPS. Des « défis maison » ont ainsi été – et continuent d’être – diffusés auprès des enseignants et des parents, confinés avec leurs enfants. En la matière, l’Usep de l’Aube a fait preuve d’un vrai sens de la formule en intitulant « C’est le cirque à la maison » une série de vidéos hebdomadaires où l’on apprend à jongler, fabriquer des échasses avec de boites de conserve, et même à exécuter de petites figures d’acrosport en toute sécurité. Pour occuper les enfants, le comité du Lot propose pour sa part du coloriage sportif.

L’Usep des Pyrénées-Orientales a vu plus grand encore et imaginé une « e-rencontre » réunissant des défis physiques à relever seul ou avec ses frères et sœurs et ses parents. Comme sur une rencontre sportive associative Usep, ils sont complétés par des quizz sur l’olympisme et la réalisation de productions culturelles. Un concept aussitôt repris par les comités du Calvados, de Haute-Garonne, du Gers, de la Nièvre, du Loir-et-Cher, des Pyrénées-Atlantiques…

Bien sûr, une e-rencontre ne remplace pas une rencontre « physique » classique. Mais cette formule à distance permet d’associer un nombre d’élèves infiniment plus grand : jusqu’à 11 000, réunis dans 500 classes. Le plus grand défi pour les comités est ensuite de fédérer durablement tous les enfants et enseignants qui auront vécu leur première rencontre Usep sous cette forme inédite.

Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, et sa collègue des Sports, Roxana Maracineanu, qui s’étaient enquis auprès de l’Usep de la façon de mettre en mouvement les enfants depuis leur domicile, ont été informés par courrier de ces initiatives que les recteurs et les directeurs académiques des services de l’Éducation nationale sont invités à relayer.