Imprimer

Véronique Moreira, présidente de l’Usep, et Jean-Michel Blanquer, président de l’UNSS en sa qualité de ministre de l’Éducation nationale (1), ont signé vendredi 17 novembre une convention visant à « renforcer le lien » entre les deux fédérations sportives scolaires et à « promouvoir la pratique sportive de l’école au lycée ».

Aucune convention spécifique ne liait jusqu’à présent l’Union sportive de l’enseignement du premier degré (Usep) et l’Union nationale du sport scolaire (UNSS), son homologue du second degré. Ce manque, mis en évidence par la refonte du cycle 3 de l’Éducation nationale, désormais à cheval sur l’école primaire et le collège (CM1-CM2-6e), est aujourd’hui comblé.

Continuité du parcours sportif de l’élève

Cette convention vise à favoriser la «continuité du parcours sportif de l’enfant». L’enjeu est d’éviter toute rupture entre école et collège, en encourageant les licenciés Usep de CM2 à poursuivre l’année suivante à l’UNSS. Pour cela, ils pourront participer durant l’année «à plusieurs actions de l’association sportive du collège de rattachement». «Symétriquement», les associations Usep pourront «inviter des classes de 6e sur des rencontres organisées et prises en charge par les élèves de cours moyen».

Par ailleurs, un «brevet de sport scolaire cycle 3» prendra en compte les compétences acquises par l’élève, sportivement mais aussi comme arbitre, journaliste, organisateur ou tuteur d’enfants plus jeunes. Ce document traduira la continuité des apprentissages et s’inscrira dans son «parcours de citoyenneté». Il permettra aussi aux élèves de «compléter les expériences sportives vécues en dehors du cadre scolaire» : une référence au lien avec la pratique en club.

Sont également prévues des rencontres sportives communes Usep-UNSS et des collaborations régulières entre l’association sportive du collège et les associations d’école du «bassin de recrutement ». Alors que jusqu’à présent le lien entre les deux fédérations se résumait souvent à un affichage commun lors de la Journée du sport scolaire, mi-septembre.

Accompagner les enseignants

La convention insiste également sur l’accompagnement des enseignants, d’autant plus indispensable qu’il existe souvent un fossé culturel entre le professeur d’EPS, dédié à sa discipline, et le professeur des écoles, moins formé aux activités physiques et sportives mais polyvalent. «L’idée est de mutualiser les compétences de chacun pour organiser des formations communes, notamment sur la vie associative ou la santé et la citoyenneté», souligne la présidente de l’Usep, Véronique Moreira.

(1) Le texte a également été paraphé par la ministre des Sports, Laura Flessel, la secrétaire générale de la Ligue de l’enseignement, Nadia Bellaoui, et le directeur national de l’UNSS, Laurent Petrynka.