Imprimer

Qui sont les nouveaux délégués départementaux Usep en poste depuis la rentrée ? Suite et fin de notre galerie de portraits avec Sébastien Perret, enseignant expérimenté qui cumulera ses fonctions avec celles de secrétaire général de la Ligue de l’enseignement (Haute-Loire), Kérian Rozé, jeune diplômé Staps en activités physiques adaptées (Somme) et Adrien Guillois, chargé de mission aux compétences de logisticien (Val-d’Oise).

Sébastien Perret, 48 ans, Haute-Loire

« Je suis délégué Usep et Ufolep et directeur de la Ligue de l’enseignement de la Haute-Loire. Je consacre à l’Usep 25 % de mon temps, épaulé par un éducateur sportif à temps plein et un enseignant détaché à mi-temps. Mon objectif est de pérenniser les projets récemment engagés autour du P’tit Tour et des Chemins de mémoire et de consolider la place de l’Usep dans les écoles, tout en réaffirmant son rôle social.

Enseignant depuis 20 ans, j’ai toujours affilié mon école à l’Usep, avant d’intégrer après quelques années le comité directeur, puis le bureau du comité départemental. Petit à petit, j’ai également pris des responsabilités au sein de la Ligue de l’enseignement. Pour moi, l’Usep a un rôle social à jouer : apprendre aux enfants la responsabilité, le civisme, l’autonomie par la pratique de d’activités physiques et sportives, et notamment celles de pleine nature. C’est former des citoyens sportifs acteurs. »

 

Kérian Rozé, 24 ans, Somme

« Arrivé en avril, je suis délégué départemental Usep à temps plein, épaulé par une alternante Campus 2023 pour la communication. Parmi les projets prioritaires, je citerai l’élargissement au cycle 2 (CP-CE1-CE2) de la journée olympique au parc archéologique de Samara proposés jusqu’alors aux enfants de cycle 3 (CM1-CM2). Et aussi la mise en place de rencontres hors temps scolaire.

J’étais jusqu’alors volontaires en service civique au Comité départemental olympique et sportif, qui est hébergé dans les mêmes locaux que l’Usep. Je suis diplômé d’un master Staps activités physiques adaptées. À ma prise de poste, j’avais quelques craintes concernant ma méconnaissance des arcanes de l’Éducation nationale, mais ce compagnonnage s’est avéré plus simple que prévu, malgré la persistance de certaines incompréhensions. Sinon mes journées sont bien remplies, je ne compte pas mes heures et suis ravi de faire partie de ce mouvement.

Pour moi, l’Usep c’est permettre aux enfants d’accéder à une offre sportive diversifiée sur le temps scolaire, mais aussi hors temps scolaire, avec pour objectifs le plaisir de l’enfant et l’assimilation des valeurs citoyennes. »

 

Adrien Guillois, 32 ans, Val-d’Oise

« Je suis chargé de mission, mais comme l’enseignante qui exerce la fonction de déléguée n’est détachée qu’à 25 % de son temps par l’Éducation nationale, cette mission est large : tâches administratives, rencontres départementales, appui aux secteurs Usep et relation avec les associations et les écoles, en binôme avec le président départemental de l’Usep. Parmi nos priorités figurent le développement du touch-rugby, et toujours la Ronde cyclo, qui tourne depuis 42 ans et sert d’appui au Savoir Rouler à Vélo. Cela me parle, à moi qui suis depuis 2016 bénévole à la Fédération française de cyclotourisme. J’ai connu l’Usep par un élu départemental, et avant cela à travers ma mère, qui était institutrice et animatrice Usep. Je participais notamment à l’encadrement de rencontres Usep. Sinon, auparavant j’étais logisticien.

Il est légitime de nourrir quelques appréhensions devant la diversité des tâches. J’observe aussi un certain contraste la chaleur humaine et l’entraide, bien réelles, et les limites des ressources humaines et de l’engagement bénévole sur le terrain. Pour moi, l’Usep c’est la découverte de tous les sports : individuels, collectifs et handisport. C’est le partage, la mixité, l’inclusion et l’apprentissage du vivre ensemble. C’est l’activité sportive, mais aussi la formation des bénévoles et des responsables associatifs de demain. À mon sens ce dernier point n’est pas seulement « le plus » mais « l’âme » de l’Usep par rapport à l’EPS. »

 

Les Staps, nouvelle filière de recrutement

Au-delà des contenus indispensables à la gestion et à l’animation d’un comité départemental Usep, la formation des délégués s’adapte au projet fédéral de chaque mandature. Mais elle doit aussi tenir compte de l’origine professionnelle des nouvelles recrues. La promotion 2022 ne compte ainsi dans ses rangs que 2 enseignants, contre 6 personnes issues de la filière universitaire des Sciences et techniques des activités physiques et sportives (Staps). Jusqu’à ce jour, le parcours de formation proposé répond globalement aux attentes. Néanmoins, il convient de répondre aux nombreux questionnements quant au fonctionnement de l’Éducation nationale et à l’articulation locale et nationale entre l’Usep et la Ligue de l’enseignement. Les nouveaux délégués s’accordent également sur la forte demande d’une « boîte à outils », sorte de guide pratique qui leur serait remis à leur arrivée et viendrait compléter la mallette numérique qui existe déjà sur l’intranet du site national. Bernard Colmont, élu national en charge de la formation