Imprimer

Le colloque-webinaire « Bouger pour bien grandir » organisé jeudi 30 septembre par l’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité est consacré aux enfants de 3 à 10 ans. Au-delà de la baisse préoccupante de leurs capacités motrices et respiratoires, il proposera des pistes d’action et Véronique Moreira soulignera la contribution du P’tit Tour Usep à vélo à l’écomobilité scolaire.

Fin juin, la Pr Martine Duclos, directrice de l’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité (Onaps), alertait sur l’impact des confinements sur le poids et le souffle des enfants. Selon une étude menée entre septembre 2019 et septembre 2020 auprès d’élèves de CE1 et CE2 de l’Allier et du Puy-de-Dôme, l’arrêt de la pratique sportive a fait grimper leur indice de masse corporelle (IMC) de 2 à 3 points en moyenne. « Des enfants sportifs, sans aucun problème de poids, ont grossi de 5 à 10 kg du fait de l’arrêt de la pratique sportive », soulignait la chercheuse dans Le Monde. Et, lors du test-navette, épreuve qui consiste à courir de plus en plus vite entre des plots éloignés de 10 m, « des enfants, déjà très essoufflés, n’arrivaient pas à atteindre le premier plot avant le premier bip ». En parallèle, les capacités cognitives des enfants auraient baissé de 40 %, sur la foi d’un test consistant à relier dans un temps imparti les lettres aux chiffres correspondant dans l’ordre alphabétique.

Le colloque-webinaire de l’Onaps fera le point sur les dernières études sur la santé des 3-10 ans, avant de mettre en avant des actions de terrain, de s’intéresser au cas particulier des enfants en situation de handicap et de proposer un focus sur l’écomobilité scolaire. C’est dans ce cadre que Véronique Moreira expliquera comment le P’tit Tour Usep donne du sens aux apprentissages du Savoir Rouler à Vélo et favorise les mobilités actives. Quand on a pédalé sur la route 30, 40 ou 50 km dans une journée avec son enseignant et ses camarades de classe, on se sent en effet armé pour utiliser ensuite sa bicyclette au quotidien. Des associations s’efforcent également de se rendre à vélo sur les rencontres sportives scolaires.

Parmi les interventions institutionnelles de clôture, il sera peut-être également question de l’Usep lors de la prise de parole du député (PS) de la Loire Régis Juanico. « Désigner un référent sport-santé dans chaque école afin de diffuser les ressources et bonnes pratiques dans la communauté éducative » est en effet l’une des 18 propositions pour « développer l’activité physique dès le plus jeune âge » récemment formulées avec sa collègue (LRM) Marie Tamarelle dans un rapport sur les ravages de la sédentarité.

L’Usep appuie cette proposition de nommer un référent sport-santé dans les écoles. Déjà engagés pour le sport scolaire, ses animateurs pourraient alors éventuellement remplir, sur la base du volontariat, une fonction venant prolonger leur engagement pour l’éducation, le bien-être et la santé des enfants.