Imprimer

​Le protocole sanitaire en vigueur dans les écoles n’empêche pas les comités Usep de multiplier les initiatives autour du Savoir Rouler à Vélo. Dans les Deux-Sèvres, où des centaines d’enfants valident chaque année les trois blocs d’apprentissage, l’Usep coordonne également des formations auprès des animateurs périscolaires, explique le délégué départemental, Antoine Passeron.

Antoine Passeron, l’Usep 79 vient d’organiser une formation Savoir Rouler à Vélo pour 15 animateurs périscolaires : qui étaient-ils ?

Il s’agissait principalement de personnels d’accueils collectifs de mineurs (ACM) intervenant en centres de loisir, sur des stages de vacances et en temps périscolaires auprès des écoles. Cette formation de deux jours s’inscrivait dans le cadre de la formation continue proposée par le service départemental de la Jeunesse, de l’Engagement et du Sport1. Mais ces formations s’adressent aussi aux enseignants ou aux parents d’élèves qui passent l’agrément d’accompagnateurs à vélo. Le lieu de formation, l’école de La Chapelle-Saint-Laurent, près de Bressuire, a d’ailleurs été choisi parce que trois enseignants de cycle 3, membres de l’association d’école Usep, participeront en juin à un camp Usep à vélo où leurs élèves valideront le 3e bloc d’apprentissage du Savoir Rouler à Vélo. En outre, la Chapelle-Saint-Laurent appartient à l’agglomération du Bocage Bressuirais, qui développe une politique volontariste en faveur des mobilités douces.

Quel était le contenu de la formation, et qui l’a élaboré ? 

Il s’agit d’une formation sur deux jours, théorique puis pratique. La première journée s’est déroulée en octobre et, en raison du confinement, la deuxième journée prévue en novembre a été reportée au 5 mars. C’est nous, Usep, qui avons élaboré le programme, géré l’organisation pratique et les intervenants : les deux conseillers pédagogiques départementaux en EPS, la professeure de sport qui participe au groupe technique départemental du Savoir Rouler à Vélo2, un conseiller d’éducation populaire et de jeunesse, et moi-même. Côté théorie, les stagiaires ont travaillé à la construction d’un projet partenarial puis abordé les trois blocs du Savoir Rouler à Vélo. Côté pratique, le matin ils ont travaillé en situation réelle sur les comportements à adopter lors de sorties sur route ; l’après-midi, une classe a ensuite servi de public support lors d’ateliers en espace fermé.

C’était la première formation du genre ?

Oui. Deux autres sont programmées en avril et novembre, l’objectif étant d’en organiser dans chacune des huit intercommunalités des Deux-Sèvres d’ici 2024.

A-t-elle donné lieu à la délivrance d’un diplôme ?

Non, le Savoir Rouler à Vélo ne le prévoit pas3. Mais ces professionnels ont acquis les bases pour mettre en place un projet et intervenir auprès des enfants sur les différents blocs d’apprentissage.

Est-ce l’expérience du P’tit Tour qui a rendu l’Usep légitime pour coordonner ces formations ?

Oui, l’expérience du P’tit Tour et celle des camps vélo organisés depuis plus de dix ans. En effet, dans les Deux-Sèvres le P’tit Tour s’adresse exclusivement des enfants de cycle 2 (CP-CE1-CE2), à travers des rassemblements autour de la sécurité routière et du développement durable où ils reviennent sur les apprentissages des blocs 1 et 2 du Savoir Rouler à Vélo. Le bloc 3, qui intègre l’évolution sur une route ouverte à la circulation, est validé lors de camps avec nuitées réservés aux classes de cycle 3 (CM1-CM2). Le premier jour, les enfants rejoignent le lieu d’hébergement à vélo, ils y participent le lendemain à des ateliers en lien avec l’éducation à l’environnement, et repartent le surlendemain, toujours à vélo. À titre d’exemple, en 2019 nos 19 rencontres P’tit Tour ont réuni 1 864 enfants de cycle 2, et nos 6 camps vélos 604 élèves de cycle 3.

Dans un article de presse, le responsable départemental de la Jeunesse, de l’Engagement et du Sport affirme que 1 500 à 2 000 enfants sont formés chaque année dans les Deux-Sèvres…

Ces chiffres prennent en compte les enfants formés avec l’Usep et ceux concernés par deux initiatives propres à l’Éducation nationale : « D’une école à l’autre à vélo » et « De l’école au collège à vélo ». Toutes ces actions participent d’un objectif commun. Dans cet esprit, le comité Usep de Nouvelle-Aquitaine a doté tous ses comités départementaux du livret pédagogique Savoir Rouler à Vélo, afin que les enfants qui participent au P’tit Tour puissent y faire figurer tous leurs apprentissages, qu’ils soient effectués dans un cadre scolaire ou extrascolaire, y compris en club.

Pour finir, comment préparez-vous l’édition 2021 du P’tit Tour ? L’organisation sera-t-elle adaptée ?

Au lieu de « rencontres », il s’agira de « journées » qui rassembleront les enfants autour d’ateliers, toujours avec la participation avec nos partenaires de la Prévention Maïf et de la Sécurité routière, mais sans brassage entre classes. L’essentiel, à savoir la validation des apprentissages et l’esprit de rencontre, sera ainsi préservé.

(1) Pour ce rôle de coordination, l’Usep bénéficie des fonds d’État dédiés au financement de ces formations.

(2) En raison de leur engagement historique dans l’apprentissage du vélo et de la sécurité routière, l’Usep et l’Ufolep sont associés au groupe technique départemental Savoir Rouler à Vélo qui réunit aussi, autour de la Direction des services de l’Éducation nationale, le nouveau service de la Jeunesse, de l’Engagement et du Sport (désormais rattaché à la DSDEN) et le Comité départemental olympique et sportif (Cdos), qui représente l’ensemble des fédérations sportives. Ce groupe technique est distinct du comité de pilotage, qui lui rassemble autour du préfet les représentants de l’État, des collectivités territoriales et du groupe technique. À ce jour, ce « copil » s’est réuni une fois, en décembre 2020.

(3) Une attestation peut toutefois être délivrée par les organisateurs de ces formations.