Imprimer

Comme les marins du Vendée Globe et les 350 classes embarquées dans la course virtuelle de l’Usep, les CM1 de l’école de Cozes (Charente-Maritime) ont entamé leur sixième semaine de navigation. Au menu de leur journal de bord : géographie de l’Afrique, lettre à Kevin Escoffier et Jean Le Cam et visite surprise de journalistes de France 3 au large des îles Kerguelen…

Déjà quatre semaines que nous sommes partis, les rituels sont désormais bien établis. Aux données de vent, de vitesse et de cap que l’un des élèves relève chaque jour, nous avons ajouté l’heure locale et celle de l’école, afin de travailler sur les fuseaux horaires : s’il est 16 h 30 pour les navigateurs qui longent les côtes de l’Amérique du Sud, ici la fin des cours sonnera dans deux heures… Les températures baissent toujours, la mer se creuse : l’occasion d’étudier les phénomènes de tempête à travers des documentaires vidéos.

Héros. Nous apprenons le naufrage de Kevin Escoffier, qui émeut toute la classe. À partir de deux articles du Point et du Parisien, nous essayons de retracer la chronologie de son naufrage et de son sauvetage par Jean Le Cam. Nous identifions les éléments communs aux deux articles. C’est une bonne occasion de réfléchir sur ce qu’on lit : qu’est-ce qu’un article de journal, et comment un récit est-il construit ? Nous faisons aussi le lien avec le programme d’histoire : la vérité historique s’obtient en croisant plusieurs sources.
Afin de rendre hommage aux deux héros du jour, nous décidons d’un petit exercice de français : « Écris à Kevin Escoffier ou Jean Le Cam pour lui exprimer ton ressenti au regard de l’actualité les concernant. » Chacun doit choisir : rendre hommage au naufragé ou à son sauveur ? Et comment s’adresser à une personne que l’on ne connait pas ? Les deux marins ont en commun le courage et l’héroïsme, notions à l’honneur dans ces lettres envoyées au directeur de course afin de les faire suivre à leurs destinataires…
Nous apprenons dans la foulée que France 3 Aquitaine va venir tourner un reportage dans la classe : nous sommes à la fois excités à l’idée de découvrir le métier de journaliste, et un peu inquiets de devoir s’exprimer devant une caméra.

Bonne Espérance. Nous coupons le Cap de Bonne Espérance le 6 décembre, prétexte à étudier en géographie le continent africain, ses fleuves comme l’interminable Nil, et ses différents reliefs. Nous découvrons aussi quelques grandes capitales. Construire la carte politique et physique de cet immense continent nous occupe bien.
En entrant dans l’océan Indien, nous constatons que notre retard sur nos amis de Royan s’est considérablement accentué : les bateaux de tête ont toujours les vents avec eux… En revanche, pour l’heure locale, depuis quelques jours tout s’est inversé : désormais, il faut ajouter des heures et non plus en retrancher, fait observer Maelann, aux manettes depuis lundi.

Semaine 5
Cette semaine, c’est Leila qui s’y colle, elle qui trépignait d’impatience pour partager les données du logiciel. Deux nouvelles maquettes ornent désormais la classe : celle de l’Imoca Initiative Cœur de Samantha Davis, que nous suivons de près, et une autre, magnifique, sculptée dans la mousse par Yanis.

Affiche. Cette semaine, en arts plastiques chaque élève doit élaborer une affiche : une œuvre libre sur la mer, peinte à la gouache sur une feuille où l’on colle le bateau du skippeur adopté par l’élève. Pour Lilou, c’est la franco-allemande Isabelle Joschke, 43 ans, dont elle est allée chercher la fiche d’identité sur le site de la course pour y sélectionner les principales informations et les faire figurer à côté du descriptif technique de son bateau. Chacun y ajoute sa propre fiche de renseignements, rédigée en anglais s’il vous plait : nom, âge, domicile, famille…

Tournage. Jeudi 10 décembre, la venue de l’équipe de France 3 coïncide avec une journée atelier inspirée par notre passage au large des îles Kerguelen. Au programme : lire une carte détaillée utilisant une grande échelle, écrire une lettre au propre (après deux premiers jets pour corriger ses erreurs de syntaxe ou d’orthographe), comprendre un texte sur les océans du monde et leurs profondeurs… Quant aux problèmes de mathématiques, ils sont en lien étroit avec des questions touchant à la vie quotidienne aux Kerguelen : l’indispensable approvisionnement par bateau et la réserve naturelle protégée des Terres australes, avec ses nombreuses espèces d’oiseaux et de mammifères marins.

Décalage horaire. Incroyable : il fait déjà nuit sur le pont de notre bateau alors qu’il est à peine 10 h 30 à l’école ! Le décalage horaire est de 9 h avec le sud des côtes australiennes. Mais ce n’est rien à côté de celui qui nous sépare de nos amis royannais, actuels leaders du classement de la flotte Usep avec plus de 72 heures d’avance sur nous ! Bravo à eux !

Semaine 6

Ce lundi matin, Charlie a amené une superbe maquette : avec son père, il a confectionné un bateau avec sa dérive, ses deux safrans et ses voiles tissées. Elle vient rejoindre les autres, toutes différentes par leurs matériaux et leur allure.
Mardi, nous travaillons sur la carte de l’Australie en repérant les principales villes et en analysant le relief et la répartition de la population : à l’Ouest, le désert ; à l’Est, la verdure, des fleuves et des villes !
Vacances. Nous partirons en vacances en ayant à l’esprit que l’océan Pacifique est bien vaste, que Jean le Cam est revenu dans la course, que Samantha Davis continue son tour du monde même après avoir renoncé à tout classement officiel (quelle volonté de fer !) et que Kevin Escoffier a regagné la France par avion après avoir été débarqué à la Réunion par la frégate militaire qui l’avait récupéré.
Nous avons déjà hâte de nous retrouver pour continuer la course et pour apprendre, afin de mieux comprendre notre planète et notre monde si complexes.

Denis Barbin, enseignant des CM1 de l’école Marcelle-Nadaud de Cozes (Charente-Maritime)