Imprimer

C’est au parc interdépartemental de Choisy-le-Roi que l’académie de Paris a fêté la Journée nationale du sport scolaire avec 350 collégiens et écoliers. Ceux-ci ont notamment participé au parcours « joëllette » animé par les enfants de l’association Usep de Mandres-les-Roses (Val-de-Marne) : un mode de déplacement idéal pour Gabriel, atteint de myopathie, et qui a ainsi pu profiter pleinement de cette journée partagée avec ses camarades de classe.

Une joëllette est un fauteuil doté d’une ou deux grandes roues permettant aux personnes en situation de handicap de participer à des randonnées avec le concours d’accompagnateurs valides. Gabriel, élève de CM2 arrivé début septembre à l’école des Charmilles de Mandres-les-Roses, a expérimenté une première fois cette version moderne de la chaise à porteurs lors d’un défi nature organisé par l’Usep du Val-de-Marne en forêt de Fontainebleau. L’expérience fut si concluante qu’il a immédiatement dit « banco ! » lorsqu’on lui a proposé de participer avec ses camarades de classe à la Journée nationale du sport scolaire.

Dans le Val-de-Marne, le thème de la JNSS 2020, commun à l’Usep et à l’UNSS, était pourtant : « Filme ta journée dans ton établissement ». C’est donc à titre exceptionnel que 30 enfants de l’Usep ont été autorisés à prendre part à la journée préparée par l’académie de Paris au parc interdépartemental de Choisy-le-Roi, afin d’y représenter l’école publique. Les uns sont venus avec l’association « Sport en couleur » de Mandres, les autres avec celle des « Petits pilotes » de Chennevières. Trois groupes de dix, pas plus, afin de respecter les règles sanitaires. Mais une rencontre en présentiel !

De 10 h à 16 h, collégiens et écoliers ont pris part à une vingtaine d’ateliers, dont un « parcours joëllette » animé par l’Usep avec le concours de l’association Un quart de plus, indispensable partenaire qui met à disposition ce matériel coûteux. Dan, le responsable, explique aussi aux enfants toutes les finesses du pilotage sur terrain accidenté, comme il l’a déjà fait mi-septembre à la veille de leur randonnée en forêt.

« Cette randonnée a favorisé l’intégration de Gabriel en suscitant une vraie solidarité au sein de la classe, se réjouit l’enseignante, Nathalie Pauphillat. Tous les enfants ont aidé. Et quand nous avons proposé à Gabriel de participer à la Journée du sport scolaire, il a tout de suite été partant. Ses parents, eux, étaient plus réticents : ils craignaient que leur fils soit seulement spectateur, sans pouvoir participer. »

Qu’ils soient rassurés, le fiston en a bien profité, même si au foot c’est la maîtresse qui a shooté pour lui. Au tchoukball, toujours en fauteuil et guidé par son enseignante, avec son équipe des chasubles bleu foncé Gabriel a tiré, fait des passes et vibré comme tout enfant placé au centre du jeu. Au badminton, il a travaillé son smash. Au run and bike, installé cette fois dans sa joëllette, ses copains et copines ont couru pour lui en le tractant. Et sur le parcours en joëllette proprement dit, ceux-ci ont montré une telle dextérité dans le franchissement des obstacles qu’ils ont amélioré leur chrono à chaque passage. Même pour celui qui était assis, c’était du sport…

« Il n’était pas question que Gabriel ne fasse pas d’EPS et ne participe pas aux rencontres Usep, renchérit Bruno Gailhac, directeur de l’école des Charmilles et membre du comité départemental. Il se trouve qu’à la suite du congrès des enfants de juin 2019, nous avions entamé un travail sur l’inclusion. Souvent, au sein de l’école, il s’agit d’enfants ayant des difficultés d’apprentissage. Là, avec Gabriel, nous devons nous adapter à un enfant ayant un handicap physique. Mais le comité départemental Usep nous y aide, notamment en nous ayant mis en contact avec l’association Un quart de plus. C’est aussi cela, l’apport de l’Usep. Alors, si en cette rentrée atypique certaines associations hésitent peut-être à se réaffilier, cela n’a pas été notre cas ! » On peut même dire que pour Gabriel et ses camarades la rentrée sportive a démarré sur les chapeaux de roue. De joëllette. Ph.B.

 

L’Usep, Terre de Jeux. C’est à la cité scolaire Claude-Bernard (Paris 16e) que Jean-Michel Blanquer et Roxana Maracineanu ont lancé mercredi matin la Journée nationale du sport scolaire. Ils étaient entourés de la présidente de l’Usep, Véronique Moreira, de la directrice de l’UNSS, Nathalie Costantini, et de Tony Estanguet, président de Paris 2024. Ce fut l’occasion de signer officiellement la labellisation Terre de Jeux de l’Usep : une façon d’affirmer davantage encore l’engagement du sport scolaire du premier degré dans le développement de la pratique sportive des enfants à l’occasion des Jeux olympiques de 2024. L’après-midi, deux nouvelles conventions ont été signées par les ministres de l’Éducation nationale et en charge des Sports, les représentantes du sport scolaire et les fédérations de la Montagne et de l’escalade et de Danse. Douze autres conventions ont aussi été renouvelées avec les FF d’Aviron, Cyclisme, Équitation, Golf, Gymnastique, Judo, Lutte, Pelote basque, Tennis, Triathlon, Voile et Natation.