Imprimer

Après le confinement, le défi pour l’Usep consiste à accompagner le retour à l’école dans les pratiques sportives, en complément de l’EPS et dans le respect du protocole sanitaire : aucun sport collectif mais des activités sans contact ni échange d’objets, avec des groupes de 15 élèves maximum. Et ceci sans perdre l’esprit de solidarité, d’entraide et de coopération ! Un défi doublement relevé par le comité Usep d’Eure-et-Loir : d’une part à travers des e-rencontres associant élèves en classe et à la maison, et d’autre part en proposant des activités de cour d’école adaptées aux contraintes de la distanciation physique.

Aurélien Clouet, vous êtes délégué Usep d’Eure-et-Loir, où une majorité d’écoles ont rouvert leurs portes dès le 12 mai. Mais, comme partout pour certains niveaux seulement1, et avec des effectifs réduits…

C’est pourquoi nous jouons sur deux tableaux, afin de n’exclure aucun enfant. D’une part, nous proposons aux élèves qui n’ont pas retrouvé le chemin de l’école de participer jusqu’au 2 juin à notre 3e e-rencontre, sous forme de défis-maison. Parallèlement, nous lançons du 25 mai au 26 juin le projet Cl@ss’Usep 28, ouvert comme nos e-rencontres à tous les élèves et toutes les écoles du département : sur temps scolaire et en présentiel, les élèves relèveront chaque semaine des défis sportifs intégrant les normes sanitaires en vigueur, avec la possibilité d’un format distanciel pour maintenir un lien social et associatif entre les élèves présents dans l’école et ceux restés à la maison.

Comment procéderez-vous ?

En composant des équipes de 4 ou 5 classes, sur le modèle de l’opération Mondi@-USEP. Les défis s’effectuent en classe et les élèves en distanciel apportent des points bonus. Puis, les 18 et 19 juin, les classes d’une même équipe pourront échanger entre elles par visio-conférence. Les derniers défis seront organisés durant la semaine de la Journée olympique du 23 juin. Le classement sera alors calculé sur une moyenne de points par élève et l’annonce des résultats s’accompagnera de la remise d’e-diplômes.

Les professeurs des écoles sont-ils intéressés par la formule ?

Vu le nombre d’inscriptions déjà enregistrées, oui ! Ils le sont d’autant plus que l’EPS n’est pas aujourd’hui leur première priorité. En temps normal, nous privilégions la co-construction et non le clé-en-main, mais le contexte actuel n’a rien de normal. La co-construction vaut en revanche avec l’équipe des conseillers pédagogiques, qui proposera des situations en EPS en lien avec les défis de l’e-rencontre. Les enfants finaliseront donc leurs apprentissages en EPS avec des défis Usep vécus en équipe. Comme sur une rencontre classique, à ceci près que les classes se rencontreront de manière virtuelle.

Les enseignants ont une préoccupation encore plus immédiate : permettre aux enfants de se dépenser pendant la récréation, dans le respect des gestes barrières. Que propose l’Usep ?

Nous avons offert à toutes les associations affiliées de grosses craies de trottoir et nous finalisons un document qui présente de nombreuses activités de cours d’école : les défis-récrés Usep et des jeux à matérialiser au sol sous forme de cercles ou de lignes parallèles. Des jeux qui permettent de créer de l’activité physique tout en respectant les principes de distanciation. Nous avons aussi réalisé et mis en ligne sur YouTube une flash mob sur les gestes barrières. C’est un support conçu pour faciliter la tâche des enseignants, car il est plus parlant qu’un document papier, en particulier pour les enfants de maternelle. C’est une façon ludique, voire joyeuse, d’assimiler ces gestes contraignants2.

(1) Généralement les classes de grande section (GS) de maternelle, de CP et CM2, dans le respect des préconisations du ministère de l’Éducation nationale. (2) Le lien vers cette flash mob et les informations sur les e-rencontres Usep sont diffusés par l’inspection académique auprès de toutes les écoles du département.