Imprimer

On considère souvent le mot fair-play comme synonyme d’esprit sportif. Lors de leur débat associatif du congrès des enfants, les écoliers de Thuit-de-l’Oison (Eure) ont tenté de le définir. Notamment en comparant le comportement des footballeuses du match France-États-Unis, que certains étaient allés voir au Havre, avec celui de leurs homologues masculins à la télé. Morceaux choisis.

Jade : « Les filles, c’est moins compétitif. »

Sacha (garçon) : « Et les garçons moins fair-play. »

Matéo : « Quand un joueur tombe, on lui dit : « Arrête de simuler. » Et quand c’est une fille : « Comment ça va ? Tu ne t’es pas fait mal ? » ».

Inès : « Le fair-play, c’est faire jouer : en tout cas, c’est la traduction. »

Sacha (garçon) : « Non, pour moi, le fair-play, c’est jouer avec les autres. »

Pour mettre tout le monde d’accord, Corentin cherche alors la définition sur internet : « Fair-play : qui respecte de façon loyale les règles d’un jeu ou d’un sport. »

Meredith : « Le fair-play, c’est pour tout le monde : les joueurs, les spectateurs, les arbitres, les commentateurs, l’entraîneur… »

Maxime : « C’est ne pas se vanter et croire qu’on est le plus fort. »

Sacha (fille) : « C’est passer le ballon aux autres, même ceux qu’on n’aime pas trop. »