Imprimer

Le comité avait cessé ses activités il y a plus de 15 ans

Relancer l’Usep dans un département où elle avait disparu : telle est la mission de Don Pierre Beveraggi, nouveau délégué de Haute-Corse.

Terre de mission. Bien implantée en Haute-Corse dans les années 1990, l’Usep y était en sommeil depuis les années 2000. Après une tentative infructueuse en 2008-2009, ses activités sont aujourd’hui en pleine relance, grâce au soutien du recteur d’académie, Philippe Lacombe. Celui-ci a accordé une décharge pour un poste de délégué Usep à mi-temps, occupé depuis septembre 2016 par Don Pierre Beveraggi. Âgé de 46 ans, directeur d’école à Biguglia, près de Bastia, celui-ci est éducateur sportif, titulaire de Brevet d’État. En outre, il connaissait déjà l’Usep pour avoir fait office de CPC EPS dans les Yvelines, il y a une quinzaine d’années.

Nouveau comité directeur. « Le comité directeur compte 21 membres, avec une quasi-parité hommes-femmes, explique Don Pierre Beveraggi. La hiérarchie de l’Éducation nationale et l’équipe EPS y sont impliquées : la présidente est CPD EPS, le vice-président IEN ASH, et les quatre CPC EPS du territoire en sont membres. L’équipe d’élus compte aussi dans ses rangs un CPC en langue corse, cinq professeurs des écoles et des salariés de la Ligue d’enseignement, dont celui chargé de la formation. Ce CD a été constitué en octobre lors d’une AG extraordinaire, en présence de la présidente nationale, Véronique Moreira. Nous avons ensuite tenu notre première réunion en février, avec un temps d’information sur l’Usep et son identité, dont tous n’étaient pas familiers. »

Convaincre les écoles. « Je me déplace dans les écoles, accompagné à chaque fois du CPC EPC de la circonscription, afin de convaincre les équipes enseignantes de créer une association ou de la relancer lorsqu’on retrouve d’anciens statuts. La difficulté est qu’en l’absence d’Usep, les CPC ont continué à organiser – gratuitement – des rencontres. Quelle plus-value apporte-t-on pour justifier une prestation payante ? Je mets en avant l’accompagnement pédagogique, le prêt de matériel, l’aide au projet et la couverture assurance. Et j’insiste sur la dimension de vie associative et de citoyenneté. À ce jour, le comité compte 20 associations et un millier de licenciés enfants, avec pour cette première saison un tarif très attractif de 3 €. Et les promesses d’affiliation sont encourageantes pour la saison 2017-2018. »

Spécificités et partenariats. « Le manque d’infrastructures sportives est un frein à nos activités : nous ne disposons par exemple que de trois pistes d’athlétisme. Par ailleurs, en raison du relief très accidenté se déplacer est long et coûteux. C’est pourquoi nous avons signé avec les chemins de fer de Corse un partenariat sur quatre ans. Pour nous aider à démarrer, nous avons également sollicité des subventions auprès du comité départemental et de l’assemblée territoriale de Corse, qui possède des prérogatives en termes de culture et de sport. Nous prenons également contact avec les mairies afin qu’elles puissent prendre en charge l’affiliation de l’association d’école ou aider à la prise de licence. »

Formation. « L’Usep interviendra dès l’an prochain auprès des professeurs en formation à l’Éspé de Corte, et nous nous sommes positionnés sur le plan de formation de l’Éducation nationale. Sans attendre, depuis octobre nous avons organisé dans les écoles quatre animations pédagogiques sur ″la rencontre sportive Usep et le débat associatif″, et trois autres sur ″le football à l’école″, et ″la rencontre multi-activité Usep″, dont l’une ciblée sur la maternelle. Nous avons également présenté ″l’Usep et ses missions″ aux nouveaux directeurs d’école et animé deux sessions sur ″la séquence quotidienne d’EPS″. »

Dynamique. « Nous ne partons pas de rien : l’action des CPC EPS nous permet de proposer une cinquantaine de rencontres multi-activité, voile, sports collectifs (foot et rugby) et motricité pour maternelles, à quoi s’ajouteront dès cette année la déclinaison de deux opérations nationales : l’opération athlé-santé et le P’tit Tour. Nous profitons aussi de la dynamique enclenchée par la mission nationale confiée au recteur de Corse sur le sport scolaire. Nous pouvons aussi nous appuyer sur les excellentes relations entretenues avec l’UNSS, qui nous fournit tous les contacts utiles pour la mise à disposition d’installations ou le prêt de matériel. Il existe aujourd’hui une volonté, très largement partagée, de pérenniser l’Usep en Haute-Corse. »

Propos recueillis par Philippe Brenot